N°10 - Transformation du centre de formation des compagnons

  • Marché public
  • Marché privé
  • Dialogue compétitif
  • Partenariat public privé
  • Corps d'Etats séparés
  • Macro lot
  • Entreprise générale
  • Conception réalisation
Type d'intervention sur ce projet

Isolation thermique extérieure (ITE)

Façade ossature bois sur paroi pleine (FOB_P)

Façade ossature bois sur support linéaire (FOB_L)

Isolation thermique intérieure (ITI)

Réaménagement intérieur

Fermeture loggias

Réfection des toitures

Surélévation extension

Aménagement extérieur

Procédé particulier

Présentation de l'opération

Après 40 ans de bons et loyaux services le bâtiment d’enseignement de l’Association Ouvrières des Compagnons du Devoir du Tour de France (AOCDTF) nécessitait une profonde rénovation extérieure et réhabilitation intérieure. Ce bâtiment est implanté sur l’un des sites de formation de l’association.

Il comprend également un atelier pour la formation pratique et un immeuble hébergeant une centaine de personnes. Le bâtiment de forme rectiligne d’une emprise au sol de 100 par 10 m était dépourvu de tout confort non seulement fonctionnel, mais aussi thermique, acoustique et visuel.

L’édifice accueille des réserves et des salles de réception au sous-sol, semi-enterrées ; les grands plateaux cloisonnés du RDC et R+1 accueillaient les salles de classe et bureaux administratifs.

Pour ce projet de réhabilitation lourde, il a fallu libérer toutes les cloisons intérieures et les repenser selon leur fonctionnalité. La structure a été mise à nue et a reçu une nouvelle peau thermique en panneaux ossature bois ainsi que du bardage sur toutes les façades. Aujourd’hui le bâtiment, situé en front de rue passante dans une zone résidentielle dense, se démarque justement par ses façades en bois incurvées. Elles reflètent l’implication de tous les acteurs pour réussir une intégration dynamique à l’environnement.

Le fait d’avoir décalé et centré la façade principale a permis de gagner en surface tout en améliorant l’aménagement intérieur.

Afin de répondre aux problématiques d’ un site occupé, éviter les nuisances sonores et réduire le temps de chantier 2 phases de travaux ont été nécessaires pour la restructuration du bâtiment principal. Une 3ème phase consacrée à la rénovation intérieure de l’immeuble d’hébergement a été réceptionnée en 2013.

Situation Géographique : ANGERS (49)

Maître d’ouvrage : AOCDTF (49)

Maitre d’oeuvre : Snap Architecture (75)

AMO : Cabinet A2MO (82)

BET structure : AVES (91)

Economiste OPC : SC Marchand Bodin (49)

Entreprise lot bois (façades) : ACB (49)

Entreprise lot menuiseries extérieures : Ouest Serrurerie (49)

Programme : Restructuration d’un bâtiment d’enseignement R+1

Date de construction : 1972

Durée des travaux : 1 mois

Date de livraison : 2013

SHON : avant 2700 m² ; après 2850 m²

Objectifs
  • Diminution des consommations énergétiques
  • Maîtrise des apports solaires
  • Confort acoustique
  • Esthétique moderne
  • Accessibilité aux PMR
Contraintes
  • Site occupé
  • Installation de chantier limitée
  • Amiante non friable dans les allèges
  • Hétérogénéité des bétons
  • Hauteur sous poutre de 2,41 m
Pourquoi le bois ?
  • Limiter les charges
  • Capacité de résistance au feu du bois
  • Amélioration de la thermique
  • Démarche environnementale

TÉMOIGNAGES :

Anne-Charlotte Goût, architecte

Pour répondre aux problématiques d’un site occupé et intervenir par phase, la préfabrication était la solution retenue par l’ensemble des parties prenantes. Cela nous a également permis d’apporter une souplesse architecturale pour répondre de façon contemporaine. Les façades sont identifiées par le jeu de tasseaux glissant et passant devant les fenêtres. Ce jeu de glissement a été étudié, calculé et vérifié avec des modélisations réalisées par notre agence. Il sert à filtrer l’ensoleillement pour éviter les gênes, tout en maîtrisant les justes apports solaires en hiver.

Christian Pons, maître d’ouvrage

Nous nous sommes entourés des compétences d’un AMO, le cabinet A2MO, à qui nous avons confié le diagnostic, l’analyse du besoin et le cahier de propositions. Ces dossiers, très précis, ont accompagné notre demande de financement auprès du Conseil Régional, qui par ailleurs a salué ce travail. Aussi, il nous a beaucoup aidés à transmettre la commande au cabinet d’architecture. C’est la première fois que nous avions cette démarche.

François Hibert, entreprise bois

Comme à notre habitude, nous avons préfabriqué au maximum les éléments, ce qui nous paraissait encore plus évident sur cette opération car nous étions en site occupé. Il était donc impératif de limiter les temps d’intervention sur le chantier et ainsi de passer le maximum de temps en atelier.

Voir tous les témoignages sur la fiche detaillée